À L’ECOLE DES CHOREGRAPHES » Parcours d’éducation artistique & culturel

Ecoles, enseignants, directeurs d’établissements scolaires, découvrez le projet de la Cie Danses en l’R « À L’ECOLE DES CHOREGRAPHES ». Si vous voulez bénéficier de ce projet, contactez-nous au 06 92 60 21 79 ou sur ecole-de-danse@danses-en-l-r.com 

La compagnie Danses en l’R répond depuis plusieurs années à des demandes de mise en place d’ateliers de découverte de la danse par de nombreux établissements de Saint Paul et des autres circonscriptions. Elle s’est toujours engagée à répondre au mieux aux attentes des enseignants pour aborder la danse et le mouvement tout en gardant une esthétique propre à la compagnie. Avec la création du Hangar – Centre Chorégraphique Eric Languet en 2010, nous avons aujourd’hui les outils adéquats pour proposer des parcours variés, cohérents et de qualité liés à la découverte et la pratique de la danse sans sombrer dans l’occupationnel.
Ainsi le Hangar, par l’intermédiaire de la compagnie Danses en l’R, des nombreuses compagnies accueillies en résidences et de ces partenaires habituels, souhaite mettre en place un projet d’éducation artistique et culturelle auprès du public scolaire de proximité, celui de la commune de Saint Paul et en lien direct avec les enseignants.
L’intérêt du projet « à l’école des chorégraphes » tient dans sa transversalité et dans son rayonnement. L’objectif est multiple, proposer une approche de la danse à travers un parcours du spectateur, une pratique de la danse et un processus de création tout en replaçant l’enseignant au coeur du projet, le tout concernant l’ensemble des établissements scolaires de la commune.

À L’ECOLE DES CHOREGRAPHES – Objectifs qualitatifs

Un projet co-construit
« A l’école des chorégraphes » commence par la signature d’un pacte entre l’enseignant et le Hangar, Il s’agit de définir et de mettre en oeuvre le contenu pédagogique et éducatif du projet en tenant compte du niveau des élèves. Il est important de partager la conception du parcours et de concevoir conjointement les grands axes de sa mise en œuvre. Ce pacte engage et responsabilise les deux partenaires dans la réalisation d’un projet cohérent d’éducation artistique et culturelle au regard de leurs compétences respectives et selon des objectifs éducatifs partagés.

Une pédagogie appropriée
Ce projet permet de conjuguer les trois piliers de l’éducation artistique et culturelle grâce à des outils adaptés :
 Connaissances
Un cahier pédagogique sera réalisé chaque année pour accompagner l’enseignant tant dans la théorie que dans la pratique. Des approches thématiques à aborder en classe autour des spectacles seront proposées ainsi que les plans détaillés d’ateliers de la pratique de la danse. La bibliothèque du Hangar, spécialisée dans la danse proposera ses ouvrages (livres et DVDs) à l’ensemble des enseignants du projet. Il nous semble important de prévoir un outil de suivi régulièrement renseigné par le chorégraphe en herbe. Afn de garder des traces des diférentes rencontres faites, des pratiques expérimentées et des références acquises.

 Rencontres
Le projet intégrera des rencontres avec des œuvres à travers d’une part des moments dansés improvisés (courants d’R) dans des lieux impromptus, salle de cours, cour de récréation… qui provoqueront les élèves, et d’autre part à travers des spectacles à voir durant l’année ou durant les restitutions. Ces différentes rencontres avec les œuvres sont nécessaires à la fois pour développer le sens critique de l’élève mais également pour l’acquisition par celui-ci d’une véritable culture artistique. Des rencontres avec les artistes en résidence au Hangar seront également mises en place. Ces rencontres pourront prendre plusieurs formes, présentation scolaire, discussion ou encore atelier et permettront d’aborder d’autres approches de la danse et de comprendre les différentes étapes de création d’un spectacle.

 Pratiques
La pratique de la danse fait bien évidement partie intégrante du projet, elle favorise le développement de la sensibilité, de la créativité et des capacités d’expression. Une vingtaine de séances sont prévues sur l’ensemble de l’année scolaire. L’objectif d’une restitution fnale stimule la motivation des élèves en les rendant co-acteurs et même coauteurs du projet. Cette création chorégraphique sera complétée avec la rencontre d’un technicien au Hangar. Durant ce temps de travail, le néo-créateur va participer à la mise en son et en lumière de son œuvre. Enfin, la restitution du projet est une réalisation concrète, finalité de la démarche, elle permet d’observer la progression de l’élève, de mesurer l’investissement du groupe classe puis de communiquer dans l’espace éducatif en faisant bénéficier des personnes extérieures au projet. Cette restitution permettra de faire vivre le danseur dans les conditions réelles d’une représentation publique. Il aura alors participé à un processus de création complet

Un enseignant au cœur du projet
L’organisation de formations communes associant personnels de l’Education nationale et partenaire, ici le Hangar, autour de la démarche de projet est une des clés pour la réussite des partenariats sous leurs différentes formes. Outre la signature du pacte en début de projet, l’enseignant s’engage à aborder certains thèmes, à créer la rencontre avec l’oeuvre mais également à participer aux ateliers de danse. Il sera impliqué dans toutes les étapes du projet comme un acteur de celui-ci et non comme surveillant. Un premier stage d’initiation à la danse lui sera proposé durant le premier semestre, puis un stage de perfectionnement au second semestre. En parallèle, il sera co-intervenant durant les ateliers de pratique de la danse avec un danseur professionnel, durant lesquels sa place sera grandissante jusqu’à l’organisation d’un atelier en autonomie.

Un partenariat Local
Certains domaines artistiques trouvent difficilement leur place à l’école, particulièrement quand il ne sont pas portés par un enseignement obligatoire. Ainsi les ressources culturelles locales offrent un potentiel qui pourrait être un avantage et plus méthodiquement exploitées pour compléter et construire la culture des élèves. A travers son positionnement au cœur de la circonscription de Saint Paul et de ces nombreux partenaires, dont le Festival Danse Péi et le musée Villèle, Le Hangar permet de toucher l’ensemble des élèves de la circonscription tout en étant doté d’une expérience dans le secteur de la danse de plus de 15 ans et d’une solide implantation sur le territoire Saint-Paulois. Enfin, la démarche du projet permet d’établir et de renforcer les liens entre l’école et les structures culturelles en sortant des cadres conventionnels de la classe, et donne ainsi aux élèves une ouverture sur le monde extérieur.

Un partenariat pérenne
« A l’école des chorégraphes » est organisé sous la forme d’un parcours qui invite à penser l’éducation artistique et culturelle à l’école de façon continue et cohérente, de l’amont à l’aval, avec les contraintes budgétaires que nous connaissons. Après une première année très encadrée, l’enseignant renouvelle le projet avec une autonomisation plus importante. Il n’est plus encadré par le Hangar mais accompagné. Les ateliers de formation semestriels à destination des enseignants sont conservés mais les interventions de danseurs professionnels durant les ateliers de pratique seront limitées à 3 par semestre (sur 10 séances). Cependant, le partenariat avec le Hangar est renouvelé et les interventions ponctuelles ainsi que les différentes rencontres perdurent. Le projet n’est pas figé et peut évoluer ou se transformer en cours de réalisation ou d’une année sur l’autre, notamment selon les réactions et les initiatives des élèves eux même mais également en fonction des besoins ou des demandes des enseignants.

Un projet exponentiel
Un des objectifs de « à l’école des chorégraphes » est de permettre à un maximum d’élèves de la circonscription de Saint Paul de participer durant une année complète à un projet d’éducation artistique et culturel de qualité. Un des autres objectifs, qui lui est parfaitement complémentaire est d’accompagner les enseignants vers une certaine autonomisation dans un parcours d’éducation culturel tout en conservant une légitimité artistique. A travers la formation et l’accompagnement des enseignants réalisés par l’équipe du Hangar et de la compagnie Danses en l’R durant une année entière, nous pouvons dégager un certain nombres d’heures d’interventions sur l’année suivante. Ces heures seront aussitôt réinvesties vers une autre classe ou un autre établissement. Enfin l’ossature du projet tient également et surtout dans sa consistance. Pour être viable il est important de faire un travail de grande échelle, permettant d’amortir les couts grâce à la participation de nombreuses classes Bien sur, ce parcours à l’école n’est pas une fin en soi, il vise à susciter une appétence, à développer une familiarité et à initier un rapport intime à la danse, que chacun cultivera sa vie durant selon ses gouts et ses envies.